Musées, Monuments et Moyen Âge : approche infocommunicationnelle du patrimoine et de l’histoire

A+ A- Aa
Partager cette page :

le 22 octobre 2021

CRESEM_22oct2021-web.jpg
Séminaire

Musées, Monuments et Moyen Âge   approche infocommunicationnelle du patrimoine et de l’histoire

RÉSUMÉ

L’approche infocommunicationnelle du patrimoine est aujourd’hui partagée par les chercheurs en sciences humaines et sociales et particulièrement en Sciences de l’information et de la communication. Elle a pour intérêt de permettre d’appréhender les objets patrimoniaux dans leur complexité sociale, politique et culturelle tout en prenant en compte leurs dimensions matérielle et symbolique.

Le propos de cette communication est de discuter la place ou le rôle du document dans le processus de patrimonialisation, à partir d'exemples issus d'observations faites dans diverses institutions culturelles et touristiques (musées, bibliothèques, monuments, centres d’interprétation, parc d’attraction...). Nous considérons que la patrimonialisation est un phénomène communicationnel dont les fondements sont documentaires.

D’une part, documenter le patrimoine monumental consiste à créer et enregistrer la mémoire des objets de patrimoine. Ce faisant la valeur patrimoniale qui est accordée aux objets « dans une filiation inversée » est fixée sur différents supports dans un environnement documentaire complexe. D’autre part il existe aussi un autre mouvement que nous avons nommé « conversion documentaire » des objets et des monuments. Cette « performance documentaire » (quand le document fait événement) modifie notre regard sur le patrimoine et place au centre des médiations la notion de document qui n’est plus un simple outil de représentation.

Ces questionnements qui s’inscrivent au sein de travaux menés par une équipe et un réseau de chercheurs en Sciences de l’information et de la communication (SIC) sur les questions de muséologie et de patrimonialisation, prolonge certains aspects d’une recherche personnelle initiée depuis une dizaine d’années sur la circulation des signes de médiévalité dans l’espace public aujourd’hui. Nous avons combiné, dans une perspective sémio-pragmatique, une analyse diachronique de discours de spécialistes (historiens, archéologues, conservateurs, médiateurs, reconstituteurs) et l’examen synchronique d’un corpus sélectif de dispositifs de médiation (expositions, reconstitutions de batailles, ateliers participatifs, etc…) et d’objets hybrides que nous avons nommés « document-monumentaire ».


 


Thématique(s)
Recherche, CRESEM
Partager cette page :

Mise à jour le 13 octobre 2021