TARA expédition

A+ A- Aa
Partager cette page :

Expédition TARA PACIFIC

Parti le 28 mai 2016 de Lorient en Bretagne, le bateau scientifique TARA est revenu à son port d'attache le 27 octobre 2018 après 100 000 km parcourus à travers l'ensemble du Pacifique, d'Est en Ouest et du Sud ou Nord.

De par son étendue géographique et les 36 000 échantillons prélevés dans 30 pays différents, cette expédition scientifique ouvre la voie à la plus grande étude sur les récifs coralliens jamais réalisée. Plus de 10 ans de recherche seront nécessaires pour analyser toutes les données recuillies. Ces résultats seront cruciaux : ils permettront de d'étudier l'impact du changement climatique, de la gestion et de l'aménagement du territoire sur les récifs coralliens. Ils serviront à comprendre comment mieux préserver le corail esseentiel à la vie de 500 millions de personnes dans le monde.

Le laboratoire CRIOBE (USR 3278 EPHE-CNRS-UPVD) a été l’élément clé de cette aventure : Serge Planes en était le directeur scientifique et Emilie Boissin, la coordinatrice scientifique. En collaboration avec l'équipe de Tara, ce sont eux qui ont déterminé le parcours avec les escales en fonction de l’intérêt scientifique et ce sont eux également qui ont assuré l’ensemble de l’organisation logistique. Six autres chercheurs ainsi que deux ingénieurs du laboratoire ont participé également activement à l’expédition.


Les récifs coralliens
Les récifs coralliens réunissent près de 30% de la biodiversité marine alors qu’ils couvrent seulement entre 0,08% et 0,16% de la superficie des océans. Ils abritent environ un tiers de toutes les espèces marines connues à ce jour (près de 100 000 espèces). A l’image des forêts tropicales primaires, ils sont un réservoir exceptionnel de biodiversité sur terre. « 1 km2 de récifs coralliens comptabilise autant de biodiversité que la totalité du territoire français », Serge Planes. Leur santé est donc cruciale pour la diversité des espèces qu’ils abritent mais aussi pour l’humanité. Outre l’aspect biodiversité, les récifs coralliens constituent de véritables barrières côtières assurant la protection des habitants des côtes tropicales lors de tempêtes et de cyclones, ou encore des sources de revenus indispensables pour de nombreuses économies de pays en développement. Ils assurent la subsistance directe à plus de 500 millions de personnes dans le monde grâce à la pêche. Et leurs services écologiques vont bien au-delà : protection des côtes contre l’érosion, tourisme…

Contact :                                                   
Serge Planes : planes@univ-perp.fr


Le parcours de TARA 2016-2018


Expédition TARA MICROPLASTIQUES

Début juin, la goélette TARA est partie de Lorient en Bretagne, son port d'attache, pour une nouvelle mission scientifique sur les microplastiques. Il s'agit cette fois pour les scientifiques de s’intéresser à la source principale des micro-plastiques omniprésents dans les mers et océans : les fleuves. De quelle nature sont ces micro-plastiques et comment ils se repartissent dans les eaux marines ? Quels sont leurs impacts sur la biodiversité marine ? Comment endiguer cette hémorragie de micro-plastiques ?

Le CEFREM est reconnu internationalement pour son expertise sur l'étude des flux de particules, des fleuves vers les côtes marines. Le laboratoire va ainsi jouer un rôle important dans cette expédition scientifique.

Xavier Durrieu de Madron et Wolfgang Ludwig, respectivement chercheur au CNRS et enseignant-chercheur à l'UPVD, embarqueront début août à Bordeaux pour 15 jours jusqu'au delta de l'Ebre en Espagne.

Lisa Weiss, doctorante UPVD, montera également à bord, du delta de l'Ebre jusqu'à Toulon. Leur objectif sera de prélever les microplastiques dans les embouchures et les eaux marines autours de ces deux grands fleuves Ebre et Rhône.

Philippe Kerhervé
, enseignant-chercheur UPVD au CEFREM, effectue des travaux de recherche sur les plastiques en mer depuis plusieurs années. Il a développé cette thématique au sein du laboratoire.

Partager cette page :

Mise à jour le 9 juillet 2019