Ecocritique et écopoétique, atelier de recherche

A+ A- Aa
Partager cette page :

le 17 octobre 2017

Copyright - Pascale Amiot.jpg

Copyright - Pascale Amiot.jpg

« De nombreux lecteurs, aujourd’hui éloignés des campagnes et peu informés en matière d’histoire naturelle, peinent à saisir les réalités concrètes du monde. Dans le même temps un mode de vie toujours plus citadin mais qui ne tient pas toujours ses promesses, les pousse vers la nature… fut-ce seulement à travers les livres. Partant de ce constat je me tournerai d’abord vers quelques œuvres maîtresses qui ont fait un place importante à la nature : je m’arrêterai à Marcel Proust et à Claude Simon, mais aussi à Pierre Gascar, un écrivain aujourd’hui aussi oublié que sont célèbres les deux premiers. J’élargirai ensuite le champ pour montrer plus en détail comment la littérature de l’extrême contemporain cherche à faire une place à la nature et aux menaces qui pèsent sur elle. Ce sera l’occasion d’évoquer les fictions qui mettent en scène une solitude au milieu d’une nature sauvage ainsi que les récits qui reviennent sur une randonnée à travers la France.
Dans ces textes tournés vers les espaces naturels, et dont certains font volontiers résonner un héritage anglo-saxon, se joue une nouvelle manière de se penser dans le monde. Ils participent d’ailleurs aussi d’une réflexion sur ce que signifie être français en ce début de XXIe siècle. »

Pierre Schoentjes est professeur à l’Université de Gand, où il enseigne la littérature française. Spécialiste de l’ironie (Poétique de l’ironie, Seuil, 2001) et de la représentation littéraire de la (Grande) guerre (Fictions de la Grande Guerre, Classiques Garnier, 2009), il interroge la littérature des XXe et XXIe siècles dans une perspective européenne. S’intéressant de près à la littérature de l’extrême contemporain il a lancé, en collaboration avec une équipe internationale, une publication électronique : la Revue critique de fiction française contemporaine. Ses derniers travaux portent sur l’écopoétique : Ce qui a lieu. Essai d’écopoétique (Wildproject, 2015) a obtenu le prix Vossaert 2016 de l’Académie (Belgique) qui couronne un essai de caractère littéraire.

Thématique(s)
CRESEM, TEXTES
Partager cette page :

Mise à jour le 18 octobre 2017