CRESEM - Commémoration des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions

A+ A- Aa
Partager cette page :

le 11 mai 2020

Untitled-5.png
Les victimes que le Covid-19 est en train de faire dans les populations noires pauvres des USA, et des autres Amériques, mais aussi en Afrique, en Occident et en Asie nous inquiètent en tant que leurs frères et sœurs. Elles démontrent la justesse des voix qui en 2001 à Durban plaidèrent pour la réparation des crimes commis par l'Occident et les négriers durant la traite transatlantique. Rappelons que l'ONU a déclaré les années 2015-2024 comme la décennie de l'Afro descendance pour rendre de la dignité aux populations de la diaspora; que 2019 fut décrété par le Ghana "Année du retour" des descendants.es des Africains.es qui furent violemment arrachés.es à l'Afrique; que les démographes patentés.es estiment qu'à la fin du XXI l'Afrique totalisera quatre milliards d’habitants.es dont 85 pour cent de jeunes gens. Une projection qui effraie, notamment les tenants.es de l'Occident forteresse risquant d'être envahi. Nous pensons aux Africains.es aujourd'hui maltraités.es en Lybie, à celles et ceux qui meurent lors de la traversée de la Méditerranée, à celles et ceux qui sont maltraités.es en Chine, expulsés.es des hôtels ; nous pensons au comportement indigne des policiers espagnols qui frappent les immigrées sous prétexte d'application des dispositifs officiels du confinement; il est tout aussi douloureux et honteux de déplorer la brutalité des forces de sécurité africaines contre les Africains.es noirs.es. Il s'agit là de quelques exemples dont l'un des plus récent est l'avis émis en conscience par certains scientifiques (dont des Africains) suggérant de continuer à utiliser les Africains.es comme des cobayes pour l'expérimentation des vaccins. Ces exemples parmi tant d'autres dénoncent un racisme structurel et social tout comme la permanence d'un héritage colonial, toujours en mutation, qui se consolident partout dans le monde. L'Union Africaine, sans consistance aucune et démunie, toujours sous tutelle, se montre incapable de venir au secours de ses populations ainsi que des populations noires de sa "Sixième
Région", selon ses propres statuts. Tous ces milliers de victimes sont de nature à nuire au développement démographique, scientifique, technologique, économique et sanitaire des peuples noirs. Pour nous, frères et sœurs Africains et Afro descendants, une telle situation mérite une attention critique renforcée de la part des consciences universelles. Logiquement, nous suggérons fortement qu'une partie de l'aide internationale contre le Covid-19 qui sera accordée à l'Afrique soit destinée à nos frères et sœurs de la "Sixième Région" dépourvus de moyens leur permettant de faire face à cette pandémie.

ODAA - Observatoire de la Diaspora Africaine et Afrodescendante
(En gestation)




Thématique(s)
Conférences / Colloques, CRESEM, LANGAGES
Partager cette page :

Mise à jour le 11 mai 2020